AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Te retrouver [ P.V - Masao ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 11:56

    Je suis ici depuis déjà un an. La deuxième année commence, et bientôt prendra fin. Je fermerais les yeux, je ne la verrais pas passer, encore une fois d’ailleurs. Mais de toutes manières quelle différence ? Dans cet établissement, je suis encore et toujours seule. C’est triste de l’avouer ainsi, mais je me sens complètement perdue. Toujours aussi fragile, on dirait que je passe ma vie dans l’infirmerie. Je me sens triste finalement, cette vie ne me convient pas. Peut-être ne me conviendra-t-elle jamais ? Je ne suis pas faite pour la vie en société, je l’admets. J’ai encore le visage fermé et digne, ce visage que j’adopte toujours depuis quelques années. J’empêche les autres de venir vers moi, je leur fais croire que je me pense supérieur. Dans leurs yeux, je lis le mépris pour ma personne. Cela me rend faible, me donne envie de pleurer. Mais à quoi bon ? D’après ma chère cousine aujourd’hui va être un jour mémorable. Les trois cousins de la famille Fuma vont être réuni. Ce qui veut donc dire que je vais revoir « LUI ». Cela me rend heureuse, mais aussi un peu anxieuse. Peut-être qu’il m’a complètement oublié, après toutes ses années quoi de plus normal ? Rekka m’a parlé de lui, mais il n’a sûrement jamais voulu savoir qui j’étais devenue.

    Alors je n’y prêtais déjà plus attention. Je ne savais pas s’il allait réellement venir ou si c’était juste une plaisanterie. Je n’avais pas envie de me le demander de toutes manières. Ma tête commençait à me faire souffrir, je n’avais plus le temps d’y penser. Le professeur m’appela alors. Mon visage de porcelaine se leva alors vers cet homme qui me sourit avec douceur. Les autres de la classe sont là, sur le sol tout comme moi. Mais le professeur souhaite voir ce que j’ai préparé. Je l’ignore moi-même en fait. Je me lève, me dirige vers la scène pour leur montrer ce que je sais faire. Ici, bien que talentueuse je me sens en compétitions. Ils sont tous doués, ils ont tous à mes yeux bien plus de talent que moi. Alors je me sens continuellement jugé. Quand ils me regardent à ce moment précis, j’ai l’impression que je vais tomber sur la scène. Je tomberais dans un brouillard épais qui jamais ne voudra se dissiper. J’ai peur, je le sais, cela se voit que mes mains tremble. Pourtant, au moment de commencer je fais un effort. Oui, c’est bien le mot, je souris et j’entre dans la peau de cette femme que je dois interpréter. Je la comprends, je sais qui elle est. Elle est moi, je suis elle !

    Alors que tout pourrait très bien se passer. Je vois que cela ne se passe pas comme il faut. En effet, ma tête me fait de plus en plus souffrir. Je perds l’équilibre, je suis tombée, mais pas évanoui. Je vois alors des murmures se lever parmi les élèves. Je me relève, je prétexte juste un lacet défait. Mais le professeur m’envoie pour plus de sûreté à l’infirmerie. Encore ? Je sais que ces prisons seront à jamais mon élément. Je sais que quoiqu’il arrive j’y finirais ma vie. Infirmerie, je déteste ce mot, je déteste cet endroit presque autant que je me suis mis à détester ma chambre. Mais je garde la tête haute. Je prends mes affaires et je sors. Je ne veux pas d’aide, pas de pitié. J’ai peur du regard des autres, c’est pour ça que mon regard fixe le lointain encore une fois. Personne ne l’a encore compris, dans mon regard on ne voit qu’espoir car je sais qu’un jour quelqu’un tentera de voir ce qu’il y a derrière cette glace. J’entre à l’infirmerie, on me donne un nouveau cachet. Je tremble un peu en le prenant, je n’aime pas le goût des médicaments. Je n’aime pas, mais je m’exécute.

    Après tout ça, on me conseille de sortir prendre l’air. Je fais oui de la tête. Je ne parle pas. Je ne suis pas muette, mais je me réfugie souvent dans le mutisme par crainte. Je ne parle que sur la scène, quand je joue de la guitare parfois on entend ma voix douce et claire. Mais ce n’est que pour faire les cœurs. Je marche encore dans ces longs couloirs. Je me sens oppresser, comme ne pas l’être d’ailleurs ? Certes l’endroit est clair et lumineux, mais je me sens encore comme prisonnière. J’avance dans les couloirs. Je ne semble pas avoir peur, il n’y a personne. Enfin c’est ce que je crois. Un élève me suit alors. Je ne le connais pas, lui non plus ne dois pas me connaître. Il ne me semble pas fréquentable, fait-il parti de ces gens que l’on nomme racaille ? C’est personnes de Yomi school ? Je commence à avoir peur. Mon pas s’accélère tout comme ma respiration. Je ne peux pas courir, je n’ai pas le droit. Mais j’ai trop peur. Sa main se pose alors sur mon épaule comme pour m’arrêter. Je ne me retourne pas. Le faire serait signer ma mort.

    J’ai envie de crier, mais rien ne sort de ma bouche. Alors je finis par me décider avant qu’il ne fasse quelque chose. En effet, je me mets à courir sans regarder réellement ou je vais. L’autre garçon me poursuit comme s’il voulait me dire quelque chose. Je ne veux pas l’écouter évidemment. C’est alors que je sens mon corps être projeté en arrière après un impact. Je ne sais pas qui j’ai cogner, lui n’a pratiquement rien du sentir mais moi, mon corps tout entier à résonner en le sentant contre moi pour me faire tomber. Je vois alors en levant la tête « LUI ». Je suis surprise, je le regarde en restant par terre. Avant de voir le gars de tout à l’heure arriver. Il vient, il salut « LUI ». Je ne dis rien et finis par me relever dans le plus grand des silences reprenant mon visage clos et époustant ma robe blanche. Seul un murmure parvient à enfin sortir de mes lèvres.


      « Gomen… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 12:25

Quelle vie de merde.
Peut être qu'il l'avait mérité, après tout. Masao n'arrivait pas à savoir si il avait sa part de responsabilité dans l'incendie qui avait détruit son lycée. Probablement, autant que tous les autres élèves. Quel étudiant de ce lycée plein de racailles oserait affirmer qu'il n'avait rien à se reprocher ?

Masao posa son regard furieux et mauvais sur le bâtiment de Kirei. Il tennait négligemment sa veste sur son épaule, et avait rapidement changé la chemise blanche que lui avait donné sa mère contre un t-shirt noir sur lequel était imprimé une petite tête de mort en bas à droite, argentée, discrète mais bien présente. Exactement comme Masao Fuma. Pas du genre à la ramener sans arrêt, juste assez pour rapeller qu'il est là et qu'on a pas interêt à l'oublier.

Il vennait d'entrer dans la hall. Une pièce spatieuse, à l'image des foutus élèves de Kirei, arrogant et hautains. Il avait vaguement compris que Rekka et Midori étudiaient ici. Mais après tout, comme il le disait à sa mère le matin même, il s'en foutait raoyalement.

C'est faux. L'image de sa cousine Midori avait hanté son esprit toute la nuit. Le pire, c'est qu'il ne comprennait pas pourquoi. Ca faisait tellement longtemps qu'il ne l'avait pas vue, pourquoi lui attachait-il encore de l'importance. Elle l'avait surement oublié.
Masao se souvint de la nuit passée, quand un de ses potes lui avait demandé pour le narguer si c'était à cause d'une fille que Masao avait l'air si dérangé. Le pote en question contait ses dents devant son miroir maitenant pour s'asurer que le coup de poing de Masao ne lui en avait pas fait perdre une.

*Pourquoi j'ai réagis comme ça...C'est stupide...*


Une fille courant dans les couloirs le tira de ses pensées, mais il ne fut pas assez rapide pour l'éviter. Elle se heurta contre lui et tomba au sol, alors que Masao n'en fut pas ébranlé. Elle était légère, et avait si peu de force. Visiblement, elle tentait d'échapper à un type qui arriva bientot près d'eux. Les deux garçons se conaissaient, et Masao, après avoir jugé le nouvel arrivant, ne trouva rien à lui reprocher et le salua. Il échangèrent deux mots et l'attention du délinquant Fuma se porta de nouveau sur la jeune fille au sol. Enfin, au bout de quelques secondes, il la reconnu. Midori.

Elle n'avait pas vraiment changé, mais n'ayant fréquanté que des racailles depuis plusieurs années, Masao se senti étranger à cette fille frèle, au regard froid et hautain. Il ne l'avait pas vue depuis si longtemps, qu'il hésita à admettre que c'était bien elle. Elle s'excusa, et sa voix était faible, comme un souffle qui jetta Masao dans une mer glacée. Elle s'était simplement excusée. Et quoi ? Ils allaient continuer leur chemin sans un mot de plus.

Masao sentait dans sa nuque le regard de l'autre type. Il se sentait jugé, analysé. Quoi qu'il fasse, les actes de Masao seraient connus de toute sa bande et même de tout le quartier avant le soir. Les rumeurs circulent si vites, et il fallait qu'il garde son emprise sur son groupe avant tout. Il fallait qu'il garde sa réputation...

"C'est rien...Fais juste plus attention la prochaine fois, Midori. Tu as la santé fragile, je te rapelle."

Le visage du jeune Fuma resta impassible. Aunsune émotion ne transperçait à travers son regard ou ses paroles. Il tourna la tête et asséna une tape sur le crâne du type derrière lui, en lui reprochant d'avoir coursé sa cousine. Le gars s'excusa et disparu rapidement, non sans un dernier regard pour "la cousine de Masao"
Le garçon soupira et tourna de nouveau la tête vers Midori. Géné, pour la première fois depuis bien longtemps, il ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. Il avait bien envie d'une clope...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 13:00

    J’étais sur le sol, cette personne me faisant peur. Je le regarde finalement, il me sourit et salut Masao. Il le salut comme si c’était aussi normal que cela alors que je suis à leurs pieds. Bien sur, je suis de toutes manières trop fière pour demander de l’aide, surtout à « LUI ». Alors je ne dis rien, je me retrouve face à eux. Pourquoi me regarde-t-il encore ? Il sais qui je suis, je viens de le voir le lui dire. Mais son regard me déplaît encore. On ne le voit pas, la gêne n’est pas vraiment perceptible sur mon visage. Cela fait combien de temps qu’il n’a pas changé d’expression d’ailleurs ? Quand je suis Midori, et non un autre personnage il ne change pas. Opaque, c’est le seul qualificatif qu’on pourrait lui donner. Alors je les regarde faire, je les regarde mais je reste discrète. Je ne veux pas qu’ils me fassent de mal. Je ne pourrais pas leur en empêcher. Mon regard croise le sien. M’avait-il reconnu ? Personnellement c’était comme un déclic dans ma tête. Cela ne pouvait être que « LUI » et personne d’autres. Mais je n’osais pas dire un mot. De toutes manières l’autre garçon jugeait mon cher cousin. Cela se voyait par ce regard insistant. Bien que derrière « LUI » je le voyais. Je ne voyais pas l’intégralité de son visage mais je percevais assez pour savoir où il regardait.

    La voix de mon cousin s’éleva alors. Elle brisa le silence pour juste dire une phrase simple et coutumière. En effet, j’avais l’habitude d’entendre ces mots. Mes parents aussi me le disaient si souvent, je suis si fragile que je devrais faire attention. Mon visage se baissa alors légèrement. Je me mis à regarder ce voile blanc qui était ma robe. Je me mis à l’épouster encore. Peut-être que je prenais sur moi à cet instant. En effet, c’était bien le cas je faisais en sorte qu’on ne comprenne pas ce que je ressentais. Ces mots, je devais faire comme si je ne les avaient jamais entendu. Ils étaient beaucoup trop dur, le fait que je soit malade, cette fragilité qui faisait de moi une jeune fille semblable à une fleur qui ne peu pas totalement éclore car au moindre coup de vent je pouvais me briser. Je le regarde finalement encore une fois. Ce n’est pas un trop grand effort, mais au fond je me demande s’il n’est pas comme eux. Non, « LUI », je ne peux m’y résoudre, alors je murmure comme j’ai murmuré tout au long de ma vie.


      « Je sais Masao… Je suis désolée… »


    Mon regard de glace se posa alors de nouveau sur ce garçon, sur « LUI » que j’ai pendant si longtemps admirer dans le plus grand des secrets. Il avait changé, autant physiquement que dans sa manière de me parler. Il n’était plus ce petit garçon chaleureux que j’avais connu. Contrairement à moi, mis à part la glace qui s’était emparé de moi, je suis resté la même. Je suis toujours ce petit être fragile qui a besoin de protection. Tout le monde le sait, tout le monde le voit, je suis prisonnière de mon monde. Mais le fait d’entendre cet avertissement de la sa part me fait mal. C’est comme un reproche, je suis fragile, mais j’aimerais qu’il voie que j’ai changé. Je suis devenue une jeune fille maintenant. Je ne pleure plus, on dirait qu’aucun sentiment ne me touche. Mon visage de porcelaine reste de marbre devant tout. Un bref sourire finit tout de même par traverser mes lèvres. Je suis quand même heureuse de le revoir, je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression qu’un vide viens de se combler. Mais bientôt il retournera avec les racailles, avec les siens. Et moi je retournerais dans ma prison de solitude.

      « Tu as beaucoup changé… »


    Je ne savais pas quoi dire, ma gêne se lisait sur mon visage. Cela fait tellement longtemps que nous ne nous sommes vus que j’ai l’impression que je ne sais plus comment m’adressais à lui. Surtout, qu’il est devenu ces gens qui me font le plus peur. Oui, je l’avoue j’ai peur des racailles, peur de ces gens violents. Quand on m’a dit qu’il était l’un des leurs j’ai commencé à avoir peur. Mais petit à petit, je me suis défaite de l’image du délinquant tentant de voir sous ses traits une autre personne. « LUI », il ne peut pas être mauvais car il a toujours eu bon fond même si du jour au lendemain il m’a empêché d’avoir une vie en me laissant seule à ma prison. Mais je ne lui en voulais pas, pourquoi commencerais-je à ressentir ce genre de sentiment ? Je suis tel un glaçon et quand mon regard azuré se pose sur lui il peut le voir. Je suis fragile, mais je suis toujours cette petite fille qui tente de rester à la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 15:17

Masao se serait donné des baffes. Il en méritait. Il aurait aimé tout oublier, comme si il n'était pas au courant d ela maladie de Midori, comme si il n'était pas devenu ce type, cette racaille au coeur de pierre. Pendant une fraction de secondes, il se sentit fondre et du résister à l'envie de prendre sa cousine dans ses bras. Elle était si belle, si fragile...Comme une colombe blessée dans sa robe immaculée. Elle était désolée...Mais désolée pour quoi au juste ? Désolée d'être malade ? Désolée d'avoir du s'isoler pour se soigner ? Après tout, c'était pas de sa faute. La vie était comme ça. C'est juste nul.

Masao passa sa main derrière sa nuque et dégagea queques unes de ses mèches blondes qui lui chatouillaient le haut du dos. Il avait changé. Les cheveux plus long, certainement. Et le visage plus dur. Et puis, il y avait ces piercings qu'il s'était fait aux oreilles. Et son caractère peut être, mais juste en surface, comme une mince couche de glace qui résiste malgrès le temps qui se réchauffe. Oui, il avait changé, on ne pouvait pas le nier. Il s'était enfermé dans une carapace de pierre pour lutter contre les éventuelles blessures du monde.

"Toi, tu fais juste plus...Vieille."

Pas doué pour les compliments, Masao tachait de ne pas dire ce qui lui était d'abord vennu à l'esprit. Elle était plus belle, plus féminine que jamais, mais avec cette noblesse froide et distante que lui avait procuré les journées passées seules. Son sourire était charmant, comme une porte qui s'entrouvre pour laisser passer un invité. Elle ne l'avait pas oublié. Elle gardait encore au fond d'elle ces parfums d'été dans le jardin à se courir après, le couleur des fleurs au crépuscule quand il fallait déjà rentrer.

Masao non plus n'avait pas oublié. Il avait gardé ces souvenirs, mais profondéments enfouis. c'était une sorte de blessure inguerissable, qui laisse des cicatrices mal faites pour protéger une âme trop sensible pour se dévoiler.
Pour ces multiples raisons, Masao se sentait mal à l'aise. Ils ne referaient pas l'histoire, ni leur passé. Mais peut être qu'ils pouvaient esayer de passer de nouveau du bon temps ensemble. De temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 15:59

    Je continuais de le regarder. Il était beau finalement c’est la saule chose que je parvenait à me dire. Il n’était pas le genre de garçon sage et intello. Non, un vrai « bad boy ». Cela le rendait vraiment magnifique. Mon regard était toujours posé sur son visage alors que je le complimentais. Enfin, dire qu’il a changé n’est pas réellement un compliment. Ce qu’il me dit me fit légèrement sourire. Bien sur mon regard resta le même, mon visage aussi. Toujours pareil comme si j’étais une véritable poupée qui ne pouvait risquer de changer sous peine de faire tomber ou même de briser son fin masque. Il ne sait pas non plus parler à une jeune fille. Dire que je suis vieille, si ce n’était pas « LUI » je crois que je l’aurais mal pris. Bien sûr, je ne me serais pas mise en colère. C’est trop risqué pour ma santé, mais quand même. J’aurais eu envie de lui montrer qui j’étais. Alors, en attendant je ne fis que murmurer.

      « C’est normal… J’ai grandi depuis le temps… »


    Un faible sourire apparu de nouveau sur mes lèvres. J’ai grandi, oui depuis autant d’année je me suis mise à grandir comme une fleur. Une fleur pourtant qui ne semblait pas prête à réellement pousser. Depuis mon enfance je n’ai pas beaucoup changer, mes traits se sont un peu affiné, mon corps entier à grandi en laissant des proportion parfaite. Mais j’avais toujours cette même coiffure, cette même froideur dans le regard. Tranchant et intransigeant, c’est comme ça depuis que je suis petite. Il le sait d’ailleurs, c’est souvent comme ça qu’on me reconnaît avec le temps. Mais à cet instant je ne peux que sourire devant la maladresse de mon cher cousin. Il fait son dur à cuir mais je suis sûre qu’on fond il est rester ce même petit être fragile. Le garçon qui courrait après moi jusqu’à tomber de fatigue. On riait ensemble de bon cœur. Il était mon meilleur ami, oui un membre de ma famille était mon ami. Je ne lui avais jamais rien caché. Mais depuis que je n’ai plus eu de contact avec lui les secrets ont commencé à faire notre quotidien. Nous n’étions plus là l’un pour l’autre. C’est peut-être pour ça qu’aujourd’hui nous avions du mal.

    Ce garçon si violent que l’on m’a décrit. Je n’avais rien en commun, je suis loin d’être une violente. Et je ne connais que trop peu de lui. C’est alors qu’un souvenir me revient. Rekka m’avait dit que c’était son premier jour ici. Je sais que cela va peut-être sembler stupide, mais je suis trop gêné pour réfléchir. D’ailleurs je ne comprend pas pourquoi cet gêne. Nous avions grandi, certes, mais nous restons quand même amis. Enfin à mes yeux, il a toujours été mon meilleur ami. Je n’ai jamais à le remplacer par quelqu’un d’autres. Après tout, il était le seul à vraiment savoir qui j’étais, je ne voyais pas pourquoi son absence me ferais changer d’avis sur « LUI ». Alors, je finis par dire avec ma voix toujours aussi douce et presque inaudible finalement. Je ne la force pas, j’en ai trop besoin pour quand je fais une pièce de théâtre. Je finis tout de même par dire gentiment.


      « Tu es nouveau ici ? Tu veux que je t’aide à te repérer… A moins que tu préfères demander à ton étrange ami… »


    Oui, je faisais référence à ce garçon qui m’a poursuivi dans les couloirs. J’ignore qui il est, et même s’il est parti il sortait bien d’une salle. Il devait donc être là depuis hier. Je l’ignore finalement, je regarde alors encore un peu Masao. Peut-être voudra-t-il bien de mon aide. Cela me rendrait heureuse, ainsi je pourrais rattraper le temps perdu et lui parler. Pourvoir encore une fois être proche de lui. Même si j’ai conscience que de toutes manières cela ne sert à rien. Nous sommes trop loin, devenu trop différent. Deux univers semblent être ouvert à nous. Je suis dans le monde du spectacle pour ma part, un monde fermé et hautain. Cet univers si cruel et impitoyable qui ne tolère aucune faiblesse. Qu’est-ce que je fais ici ? C’est mon professeur qui tenait absolument que je sorte de ma cage pour devenir cette jeune fille talentueuse. Mais j’ignore moi-même mon talent. J’ai peut-être peur, c’est normal après tout cela représente l’inconnu pour moi. Quand à « LUI », son monde n’est déjà plus que violence et destruction sans la moindre grâce. Alors à quoi bon chercher un rapprochement ? Je sais que c’est en vain que j’agis, mais je ne veux pas faire autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 16:43

Le regard dur du délinquant Fuma se posa dans celui froid et délicat de Midori. Autour d'eux, les murs, les sols, les portes et les fenêtres, et les autres gens, tout semblait si moche, si grotesque, burlesque et pitoyable...La finesse des traits de Midori, la couleur si pure de sa peau, tout rendait le décor laid et sans interêt. Et pourtant, il fallait que Masao garde ce visage fermé. Peut être que plus tard, un autre jour, à une autre époque, il pourra esquisser un sourire à la vue de Midori. Plus tard, si tous deux arrivaient à s'entendre de nouveau et avaient foi en ce qu'ils étaient vraiment, ils pourront passer de bons moments ensemble.

Masao fit un pas en avant et poussa un léger soupir.

"Ok, tu sera mon guide alors. J'avoue ce genre d'endroit ça à le don de me metre en rage plus qu'autre chose : je déteste ne pas savoir où je vais."

Un sourire factice mais plein de bonne volonté s'afficha sur le visage de pierre de Masao. Il invitait Midori à l'accompagner, d'une part pour être avec elle, d'autre part pour se repérer dans ce fichu bahu pour futures stars.
Le jeune Fuma s'était déjà souvent demandé ce qu'il aimerait faire plus tard. La réponse lui vennait à chaques fois très rapidement : il voulais faire ce qu'il aimait, c'est à dire pas grand chose. Ne pas s'embarasser d'amis inutiles, vivre tout confort sans bosser...Masao jouait de la musique quand il était petit. Il alternait le piano et la batterie, sans vraiment avoir de don. Il s'amusait comme il pouvait. Il n'avait donc pas de passion, pas de matière qu'il préférait vraiment, mis à part le sport où il n'était pas mauvais. Mais devenir sportif était d'un ennui...

"Tu viens, Midori ?"

Masao pensait avoir trouvé la solution. Il laisserai le passé au passé, et tout en restant ce qu'il était, il tacherait de redevenir proche de sa cousine. Les liens de parenté, ça aide, après tout. Et avec un peu de bonne volonté, il pourrait être aimable avec sa chère cousine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 17:27

    En entendant qu’il acceptais je fus surprise. Evidemment, je ne m’attendais pas du tout à ça. Je croyais qu’il allait me dire non. Alors je suis resté sur place. Il commença à bouger et je le regardais me demandant si ce n’était pas une blague. Puis, à son appel, je fus sur que non. Je me remis à sourire avec douceur pendant que je m’avancer vers lui.

      « J’arrive tout de suite Masao… »


    J’avais dit ça tranquillement dirigeant enfin mes pas vers lui. J’étais remise de ma surprise. Je ne pensais vraiment pas qu’il accepterait de visiter avec moi. Mais cela me plaisait vraiment. J’avais l’impression qu’il me laisser une chance de me racheter. Oui, vous n’êtes pas fous, à mes yeux c’est bien de ma faute ce qui nous ait arrivé. Nous avons été séparé car je n’ai pas eu le corps assez solide pour tenir. Je lui fais donc signe de commencer à marcher, histoire que je lui montre un peu ce qui se trouve autour de nous et qu’il ne soit pas perdu. Ce serait vraiment bête qu’il le soit franchement. Mais en le regardant, en marchant en même temps à ses côtés, j’entendais sa respiration basse. Du coin de l’œil je continuais de le regarder avant de laisser ma voix de nouveau s’élever pour dire quelque chose qui brisera le silence.

      « Dis… Est-ce que je t’ai manqué ? »


    J’avais dit ça comme ça. Je me poser la question évidemment. Est-ce que depuis qu’on ne s’était pas revu je l’avais réellement manqué. J’aurais voulu entendre un oui, mais j’ignore si c’est la vérité. Plutôt que de m’imaginer une fausse vérité, je préfère le lui demander directement. Il sera sûrement assez franc et honnête pour me le dire. Je le regarde encore, cette question est un peu du genre innocente. Je n’ai pas vraiment changé à ce sujet, toujours cette même candeur qui fait des traits de mon charme encore. Je pose les questions qui vont embarrasser peut-être un peu les gens. Après tout, on demande ça en général à son aimé pour qu’il dise bien sur que oui. Même si dans le cas présent c’est juste mon cher cousin, mon ami adoré. Nous avons était tellement séparé que j’ai le droit de savoir tout de même. C’est une manière de me rendre compte si je comptais encore à ses yeux.

    Pourtant, bien qu’ayant posé cette question qui me chiffonne, je crois avoir oublié quelque chose. C’est alors que mon regard bleuté se pose sur lui. C’est un garçon, il n’a peut-être pas envie de répondre. Je me sens donc d’un coup gêné. Peut-être que parler moi-même allait le faire à son tour dire ce qu’il pensait de tout ça. J’avais envie de savoir, mais je ne pouvais pas l’encourager sans le lui dire à mon tour. C’est mot que je souhaite entendre de sa bouche. J’ai envie de les entendre, mais pour cela il faut que je lui avoue avant la vérité. J’ai un peu peur, cela peut se sentir. Mais, même si c’est le cas, finalement je sais que je dois le faire. Pas forcément que pour lui, pas que pour qu’il sache la vérité sur ce que je ressens. Mais aussi pour moi, me libéré de cet odieux poids qui commence à peser de plus en plus sur ma conscience. Alors je finis par secouer légèrement la tête comme voulant dissiper cette gêne qui pourtant ne se voit pas sur mon visage. Mes cheveux passent doucement sur mon visage. Je serre un peu le poing pour murmurer une nouvelle fois de douces paroles.


      « Euh… pardon, en tout cas sache que toi, tu m’as beaucoup manqué… »


    J’avais dit sa timidement. Comme toujours d’ailleurs. J’étais toujours aussi gêné et timide ne même temps que nous commencions à marcher dans les grand couloir. Je lui présentais les salles, les une après les autres. Mais je commençais à être fatigué. Cela se voyait tout de même. Tout à l’heure j’étais tombé dans le théâtre, et cela risquait de bientôt m’arriver. De plus, le retour de Masao dans ma vie ne favorisait pas les choses. Mais bien que je commençais à être épuisée, je ne voulais pas qu’il le voie. Je gardais la tête haute en avançant encore une fois. Encore quelques pas, je finis tout de même par trébucher manquant de tomber. Heureusement, j’ai plus de réflexe que cela à la longue je me suis habituée. Je ne suis pas tomber, mais ce n’était pas loin. Je fais donc un faible sourire à mon cousin. Il fallait que j’aille me reposer, mais pourquoi maintenant ? Cela me rendait un peu triste de savoir qu’à peine retrouver je devait déjà le voir disparaître et toujours à cause de ce corps que je hais plus que tout ! Les gens autour ont beau me trouver belle, moi je déteste ce corps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 18:04

Masao restait de marbre. Ses pas ne faisaient aucun bruit sur le sol des couloirs, sa respiration était posée. Et pourtant, à chaque fois que Midori ouvrait la bouche pour parler, son coeur s'emballait et tambourinait dans sa poitrine.
Il laissa donc volontairement le silence s'installer. Midori n'était certainement pas consciente de l'effet qu'avait sa présence sur Masao. Et elle ne devait pas savoir. Il se détendait, se sentait bien, et avait envie de serrer dans ses bras cet être qui longtemps lui avait été le plus cher. Mais il n'avait pas le droit. Il devait préserver la santé de Midori, et puis...c'était sa cousine, après tout.

"Midori, tu devrais faire un peu plus attention à ce que tu dis."

De nouveau, quelques secondes de silence, et puis aussito, il continua :

"Il y a des choses que les filles ne peuvent pas dire à des garçons sans en subir les conséquence. Les mots ont parfois énormément d'impact, tu sais ?"

Il tourna la tête, désirant mettre le plus de distance possible entre le visage de Midori et ses propres yeux. Ne plus la dévorer du regard, ne plus ressentir ce besoin de la réconforter. Sa cousine, Midori, qu'il n'avait pas vu depuis si longtemps et qui cependant avait crée un manque dans la vie de Masao.

Le jeune garçon secoua la tête et se concentra sur la mémorisation des divers lieux que lui présentait sa cousine. Il fallait qu'il enregistre chaque recoin, chaque couloir, chaque intersection.

*Il y a des choses qu'un garçon ne peu pas dire à une fille sans en subire les conséquences. La réciproque est vraie, Midori. Si tu savais...*

Ils croisèrent quelques personnes. Masao tachait d'avoir l'air détendu et menaçant à la fois. Les minette et les prétencieux de ce bahu l'énervaient déjà. Quand aux profs, ils n'en croisèrent que deux, mais tellement pathétiques l'un et l'autre, que Masao ne pu réprimer un soupir. L'année allait être dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 18:43

    Je continuais de le regarder du coin de l’œil. Son visage fermé mais aussi tendre. Cela me faisait légèrement sourire, intérieurement évidemment. Il n’était empli que de contraste. Nous n’étions donc pas si différent que ça l’un de l’autre. Nous avons décidé de changer qui nous étions pour correspondre à une norme. Enfin, pour mon cas, est-ce que Masao a choisi sa vie ? J’espère vraiment que non. Dis moi que ce n’est pas toi le vrai Masao. J’ai peur que la réponse soit oui. Mais bon, je dois me faire à l’évidence que depuis ces années tout a changé. C’était inévitable. Nous ne pourrons jamais refaire notre passé. Alors j’avance dans ces couloirs à tes côtés. Cela montre l’avenir. Mon rêve est de m’éloigner de toute prison, mais toi, quel est ton rêve ? Je l’ignore, je ne connais plus rien de toi. Le temps de l’insouciance est terminé, et je m’en rends progressivement compte. Je n’ai plus le droit à la fragilité, et encore moins à l’innocence. Je ne croyais pas que celui qui me le ferait savoir serait toi. Tu es bien la dernière personne dont j’aurais pensé cela. Et pourtant, te voilà en train de me le dire. De me faire comprendre.

    Je n’ai pas le droit de dire ça ? Mais qu’est-ce que tu me racontes ? Je n’ai pas le droit d’être moi-même, même avec toi ? Mon regard se ternit encore un peu. Tu étais à mes yeux le seul signe que je pouvais moi aussi être une enfant libre. Mais je me suis trompé, je m’en rends alors compte. Toi aussi, tu es comme eux. Je ne suis pas cette fille qu’il faudrait que je sois. Toi aussi, tu dois me faire des reproches. Mon visage reste alors droit, je regarde l’horizon avec fierté. Tu me rends triste, j’aurais pensé quand même à plus de chaleur dans nos retrouvailles. Mais quelle erreur. Trop d’années se sont écoulées pour que cela arrive ainsi. Il aurait fallu un miracle, et en effet celui-ci ne s’était pas produit. Nous étions trop loin l’un de l’autre et maintenant j’en avais pleinement conscience. Alors je te regarde encore, une dernière fois. Puis je me concentre sur ce que je fais. Mais je reste triste, est-ce qu’au moins tu te rend compte que tu m’a blessé ? Sûrement pas, seul mon regard à changer pour rester encore plus glacial et pénétrant. Le seul mot que je parvient à articuler fini par sortir.


      « Pardon… »


    Nous marchions encore. Il fallait bien que je continue cette visite. Si j’avais eu la santé, je crois que je me serais mise à courir. Mais je ne pouvais pas, et encore moins j’aurais fui mon cher cousin. Cet homme, qui malgré qui il était, continuait de me faire sourire. Dans ma prison doré, le simple souvenir de ce garçon et je reprenait espoir. Alors pourquoi aujourd’hui en serait-il autrement ? Mais que m’arrive-t-il ? Je sens que mes jambes commencent à me fuir, une première fois, puis une seconde fois. Je ne tombe pas, mais je suis à la limite de lâcher prise. Trop de sentiment, trop d’émotion en si peu de temps, derrière mon masque je souffre, je renferme trop de chose. Je sens mon cœur qui me fait encore une fois mal, j’aimerais le lui dire mais en le regardant je ne parvient plus à parler. Ma voix est comme éteinte, comme à chaque fois. Je souhaite appeler de l’aide, mais rien ne viens et mes lèvres reste close. Mon regard alors s’obscurcit progressivement. J’essaye encore de tenir, je ne souhaite pas tomber, pas encore montrer que je suis faible devant lui. J’ai déjà fait un faux pas.

    Mais alors que je ne souhaite plus en faire, je sens mon corps se projeter contre le sien. Je m’accroche avec ma main. Je me sens de plus en plus mal et cela se voit par ma blancheur et mon allure. Je reste pourtant digne et fermé même à cet instant. Mon regard de glace est presque totalement fermé. Je n’arrive plus à vraiment ouvrir les yeux et je sens mes doigts qui tiennent alors le bras qui doucement se déserre. J’ignore s’il va m’aider, après tout il pourrait très bien me laisser tomber sur le sol lourdement. Ce n’est pas la première fois que mon corps de porcelaine touche la terre froide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 24 Juin - 19:24

Le silence était lourd, beaucoup trop lourd. D'ordinaire, c'était le genre de silence qui s'entendait dans les ruelles le soir, quand Masao traînait à la recherche de quelque chose à faire. Un silence tendu.

Ils marchaient, droit devant, sans se regarder. Masao se serrait encore une foi donné une giffle. Pourquoi devait il être si...si froid et impersonel avec celle qui, en disparaissant de sa vie, avait emporté la moitié de lui même...
Elle était gracieuse, et digne. Il sentait bien que les paroles qu'il avait prononcé l'avait renfermée sur elle même. Mais pour lui, peut être juste pour lui, il fallait que les choses soient claires. Il ne pouvait pas se permettre certains sentiments envers Midori. C'était sa cousine.

Certains élèves les regardaient avec un air interrogateur. Une racaille qui marhcait aux côtés d'une jeune fille étudiant à Kirei. Il semblait que Midori était plutot connue. Il quittèrent le couloir un peu fréquenté qu'ils arpentaient jusque là, et en prirent un autre. Midori semblait peiner à avancer, mais essayait toujours de garder un air stoïque et assuré. Et puis, alors que Masao lui jettait un coup d'oeil en coin, d'un coup, il se revit de nombreuses années en arrière, un 24 décembre. Midori, sur sa chaise, perdait conaissance et tombait comme une feuille morte sur le sol, avant de disparaitre du champs de vision de son cousin, trop petit pour voir au dessus de la masse des corps de leurs parents.
Car là, dans ce couloir froid et inconnu à Masao, Midori tombait, ployant sous le poid de son propre corps comme un jeune roseau. Ses fines mains blanches s'agripèrent au bras de Masao, dont le sang ne fit qu'un tour, rapellant une vieille frayeur, ressucitant les fantomes de son passé avec Midori. il vennait de la retrouver, mais déjà, il semblait la perdre.

Le jeune garçon saisit brusquement et le plus délicatement possible sa cousine, l'enlaçant par la taille et la pressant contre lui pour lui offrir un appui et l'empécher de tomber. Il était plus fort, aujourdh'ui. Il n'était pas le petit garçon inocent qui, dépassé par la situation, n'avait fait qu'écouter les adultes et observer son amie se laisser enfermer.
Masao tennait sa cousine contre lui, et ferma les yeux. Il regrettait. il s'en voulait d'avoir été si faible. Peut être que ces remors étaient à l'origine du nouveau Masao, la brute qui errait le soir en quète de sensations fortes. Mais quoi qu'il puissea rriver dorénavant, il ne laisserait plus tomber Midori.
D'une voix faible, comme un chuchotement, un secret inavouable, Masao murmura :

"Midori...Pardon..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mer 25 Juin - 10:21

    J’étais maintenant dans tes bras. Je ne sais pas pourquoi mais d’une certaine manière j’étais rassuré. Les autres, ceux autour de nous devaient croire que tu m’avais frappé pour que je sois ainsi. Mais au fond de nous, nous connaissions la vérité. C’était un peu le cas, à ta manière tu m’as rejeté. Bien sur tu ne m’as frappé, nos corps ne se sont pas touchés. Jamais, nous ne ferions un geste aussi déplacé l’un envers l’autre. Je te respecte, oui tu es la seule personne pour qui j’ai envie de sourire. J’ai envie que tu vois mon vrai visage, mais ce visage est faible. J’ai peur encore, mais je suis moins timide avec toi qu’avec les autres. Je ne sais si tu l’as remarqué, peut-être non, peut-être oui. Cela fait si longtemps que j’attendais ce moment de te revoir. Mais d’une telle froideur, de cette méchanceté dont tu fais preuve en m’empêchant de m’approcher. Je souffre encore ! Tel ce petit oiseau que tu as laissé il y a quelques années dans sa cage. Je ne dis pas que tu m’as abandonné, toi aussi tu avais ta vie à faire. Je ne suis qu’une « cousine après tout ». Alors pourquoi espérait que tu sois doux ? Je ne suis qu’un membre de cette famille que l’on nomme la famille « Fuma » !

    Après les longues minute de silence, ces minutes où j’étais tout contre toi sans même m’en rendre compte. Où le silence régnait forcément entre nous. Alors qu’autour, dans ce monde fade et sans liberté les gens en groupe chuchoter. Les filles principalement. Les garçons eux, passaient, regardaient et n’osaient rien te dire. Finalement je commençais à doucement émerger. Je ne reste jamais évanoui bien longtemps, mais il annonce une longue série si jamais je ne fais rien. Il faut que je m’allonge de nouveau, que je prenne soin de ce corps infâme. Mais, en me réveillant, les yeux toujours clos je me suis rendu compte que j’étais près de toi. Te sentir contre moi me fit prendre conscience d’une chose, physiquement aussi tu avais changé. Tes mains qui me tenaient avec fermeté et douceur, ton torse qui lui aussi était devenu musclé. Autrefois, nous nous enlacions sans réelle raison, quand l’un de nous tomber, un bisou magique et un câlin et l’autre étaient guéris. Mais aujourd’hui en ayant mon corps contre le tien je prend conscience que c’est vrai. Même si nous sommes cousin, nous avons tous les deux bien grandi. Peut-être qu’au fond j’aurais préféré ne jamais grandir du tout.

    C’est pour ça qu’à cet instant je garde les yeux clos, je reprends doucement des forces pour me remettre à marcher même si je sais que ce sera difficile. Je ne veux pas être au dépend de quelqu’un. J’essaye d’être libre, mais même en l’étant j’aimerais rester prisonnière. Mais dans une autre prison, dans cette prison où Masao pourrait être le gardien et avoir la clef pour venir me voir et me consoler encore une fois. Finalement je me décide à rouvrir les yeux. Je n’ai pas entendu ses excuses. Je ne sais pas qu’il regrette. J’ignore tout de ce qu’il aurait pu penser. Après tout je ne suis pas dans la tête du jeune homme. Doucement je décale mon corps, mais mes jambes restent toujours aussi fragiles. Elles semblent avoir du mal à me supporter encore une fois. J’ai besoin d’un soutient au cas où. Je le regarde de mon regard azuré. Ce regard toujours sûr de lui qui doit être le majeur parti de mon charme. Je ne peux plus être contre lui comme ça. Mais mes mains doucement glissent le long du bras du jeune homme.

    J’ai fait ça avec le bras juste à côté de moi. Je le regarde encore, je ne veux pas qu’il fui et dans mon regard il peut le voir. Alors je continue de la laisser descendre avec douceur le caressant s’en m’en rendre vraiment compte. Ma main finit alors dans la sienne. La différence est flagrante, mais je m’en fiche. Je la met bien qu’il le veuille ou non je me servirais de lui pour avancer. Je ne veux plus être dans une prison enfermée seule. Je préfère encore avoir un gardien qui possède la clef. Je me mets ensuite contre l’autre. Le fait que nous nous tenions la main d’ailleurs n’échapper pas à personne. Un jeune homme surtout devant nous, il semble être ne racaille. Je reste contre mon cousin sans comprendre ce qu’il a ce jeun homme. Et je murmure à Masao, laissant mon souffle doucement mourir dans sa nuque.


      « Est-ce qu’on peut aller à ma chambre, je dois prendre mes médicaments… »


    Je le regarde encore, et je me rends alors compte qu’il ignore où elle se situe. Cela me parait logique vu qu’il est nouveau. Alors je continue de rester un peu en retrait ne le lâchant bien sûr pas. Tant pis pour moi si je te mets en colère Masao, mais je ne pourrais pas tenir si je dois marcher sans aucun soutien. Et après tout nous sommes amis depuis l’enfance…

      « Tu dois continuer et quand il y a un escalier derrière une porte il faut monter un étage… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mer 25 Juin - 12:39

Elle est si fragile. Elle est si tendre, si douce. Hésitant entre conscient et inconscient, elle profite du soutiens que lui apporte Masao. La respiration de Midori reprend un rythme normal, plus calme et serein.
Le garçon blond avait agit par instinct, en voyant sa cousine s'évanouir. Et il avait profité de ces quelques minutes d'intimité, tous les deux dans les bras l'un de l'autre, comme des retrouvailles émouvantes. C'était en réalité le seul moment pendant lequel Masao pouvait laisser libre court à ses pensées et à ses émotions. Le regard de quelques élèves se portaient sur eux. Peu importait. Elle était tombée, il l'avait ratrapée.

Mais Masao regrettait. Il n'était dans cette école que pour un temps limité. Quand son lycée de racailles serait de nouveau en état d'accueillir ses élèves, Masao et Midori seraient de nouveau séparés, peut être pour toujours. Et le jeune garçon, tennant le corps frêle de Midori entre ses bras, se doutait que ni l'un ni l'autre ne le suporterait. Mais peut être que Masao, pour s'être forgé un caractère plus fort, y survivrait plus facilement, alors que Midori n'en serait que plus affectée...

*Merde...essayer de me raprocher de Midori ou remettre de la distance entre nous pour que les choses soient claires ? Passer une année de bonheur qui sera suivie de trop de tristesse, ou laisser cette douleur s'installer pour peut être un jour disparaitre ?*

Masao, de toute son âme, par respect et par amour pour Midori, souhaitait avant tout qu'elle arrète de soufrir. Mais comment ? La repousser gentiment maintenant pour leur épargner une séparation encore plus douloureuse, ou jouer aux insouciants ? La tête de Masao était pleine de ressentiment entre ce jour fatidique où Midori était tombée malade.

Et maitenant, se tennant fermement mais doucement à la main du garçon, elle l'invite à l'aider. Rejoindre sa chambre. Rejoindre sa cage pour l'y soutenir.
Masao ne la laisserait plus tomber. Elle pouvait compter sur lui. Mais lui, en revanche, décida de ne pas se laisser envahir par les sentiments. Il serait toujours là pour elle, mais plus distant, pour s'épargner toutes douleurs. La carapace de Masao lui était bien utile, elle serait plus que jamais utile.
Le jeune Fuma ne sourit pas, se contenta d'aquiescer et tennant fermement la main de Midori, la soutennant, il l'emmena le long du couloir. Son visage s'était de nouveau fermé, et son regard bien que brillant tentait de ne pas trahir le moindre sentiment. Tant pis si il passait pour le méchant, au moins, Midori ne serait pas triste quand il devra partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mer 25 Juin - 15:56

    Je venais juste de revenir à moi, dans cette réalité que j’aurais voulu fuir une nouvelle fois. Quand j’étais inconsciente je ressentais de la chaleur qui émane de ce corps qui est celui de mon cousin. Mais maintenant, il est redevenu de glace face à moi. Finalement, je le trouve pareil à moi, sur ce sujet nous sommes tous les deux des glaciers, sauf que moi j’ai la couleur de la mer. J’ai les couleurs de la lune froide. Alors que lui, il est comme le soleil. Quand on le regarde c’est ce qu’on peut voir, la lune et le soleil. Nous sommes tous les deux né en même temps, nous avons tout partager pourtant je ne reflète que sa lumière. Quand il est heureux je le suis, quand il est triste et glacial je le deviens aussi. C’est étrange alors de me rendre compte de cela, je ne suis peut-être qu’une lune qui ne peut pas exister dans mon double. Sans ce frère que j’ai tant regretté. Alors je finis par laisser un soupire s’échapper de mes lèvres. Je n’ai rien à dire, je te suis et tu le sais. Mes pas sont calqués sur les tiens. J’entends ta douce respiration, ta manière d’être qui fend doucement l’air. Cela me fait sourire intérieurement. J’ai l’impression que parfois tout est si simple qu’ils peuvent rendre heureux.

    Mais voilà qu’à force de marcher, à force de lutte je vois ma prison qui doucement se dessine devant moi. Elle est là, derrière cette porte qui me prendra de nouveau ma liberté contre mon gré. Je le regarde et avant qu’il n’est pu dire quoique ce soit me voilà en train d’ouvrir la porte. Mais ma main est toujours dans la sienne, je le tiens toujours comme si au moment même où je la lâcherais il me quittera de nouveau. Nous voilà donc dans le dortoir des filles, cela n’est que peint d’une couleur pâle mais assez rosée. Ce ton, que je n’ai jamais aimé. Pourquoi représenter les filles toujours par ce rose infâme ? Je n’ai pas trop envie de savoir finalement alors nous continuons de marcher. Je ne veux pas le lâcher et si jamais il ose retirer sa main, il souffrira. Il a beau croire ce qu’il veut, moi je veux de nouveau me sentir proche de lui. Peut-être que je suis égoïste, dans cet égoïsme je ne fais pas attention à ce que lui désire. Mais finalement nous le sommes tous les deux.

    Une fois à l’intérieur je referme la porte et je le regarde de nouveau attendant encore un peu pour le lâcher. L’idée qu’il parte une nouvelle fois me faisait déjà plus de mal que je ne l’aurais cru. Cette personne a qui j’étais aussi attaché. J’avais envie de la redécouvrir comme si je venais de me réveiller d’un long rêve et qu’enfin la réalité m’avait été enfin donné de voir. Je savais que je m’illusionnais à croire qu’il me reparlerais comme avant. Dans un murmure je pus enfin dire.


      « Ici, personne ne nous critiqueras… Alors reste un peu avec moi s’il te plait… Viens… »


    Je le tire encore un peu, il me soutient donc jusqu’à ce que je parvienne à mon lit. De celui-ci on voit bien la fenêtre à côté. C’était comme si en tournant le dos au monde je pouvait m’échapper. Je le fais s’asseoir. J’avoue que je le force un peu à faire ce que je souhaite. Il ne doit pas se rendre compte combien il m’a manqué. Je m’allonge ensuite et je pose ma tête sur sa jambe avant de sourire une nouvelle fois. Je ne dis rien, je n’ai pas grand-chose à lui demander. J’avoue que j’ai peur d’être de nouveau rejeté. Mais il faut que j’agisse. Alors finalement après encore un sourire je demande doucement.

      « Tu vas faire quoi après ton lycée toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Jeu 26 Juin - 18:04

Pas un mot, pas une phrase, juste un soupir, et le bruit de leurs pas sur le sol. Pas même un regard. Si un jour il vous vient à l'esprit de vouloir vous mutiler le coeur, de vous déchirer l'âme pour quelque punition que ce soit, surtout, n'hésitez pas, demandez à Masao. Il saura vous procurer les conseils les plus douloureux, les pires attitudes à adopter pour se faire du mal.
Leçon numéro 1 : se faire détester des gens qu'on aime.
C'est une leçon élémentaire, mais pas la plus évidente, loins de là. Il vous faut une bonne dose de volonté, de courage, et puis...Une bonne raison. Quel être insensé se tiendrai froid et distant à côté de celle qu'il aime et pour qui il donnerait sa vie ?

Une envie de frapper irrésistible. Se punir, punir les autres. Masao, si bête dans son ignorance. Et cette douce main fraiche et tendre, fine, très fine, qui se tiend et s'emboite parfaitement dans la sienne, comme si la main de Masao avait été moulée pour contenir celle de Midori.
Ils marchaient, encore et toujouts, jusqu'à la porte de la chambre de la jeune Fuma. Masao avait du mal à déterminer qui menait la danse. Lui ? On l'aurait bien dit. Mais après tout, il ne faisait que ce que Midori voulait. C'était juste évident qu'il fallait qu'elle rejoigne sa chambre, et puis, elle l'avait demandé.

La porte s'ouvrit, lentement, sur une pièce typiquement féminine. Et tout de suite, Masao se sentit moins à l'aise. C'était la petite prison dorée de Midori. C'était SA chambre. Une chambre de fille, qui ne correspondait pas à son caractère, certe, mais Masao ne se sentait pas bien dans cet endroit. Comment Midori faisait-elle pour y vivre ! Dès que la porte fut refermée, Masao suivit les instructions de Midori. Il s'assit sur son lit et regarda pensivement sa cousine s'allonger la tête sur ses jambes.
La main du délinquant frémit, comme si une volonté propre la poussait à se lever pour se poser dans la chevelure de soie filée de lune de Midori. Mais il se retint. Il avait tellement envie de cogner quelqu'un à cet instant, d'exprimer toute cette haine envers la vie...Seulement, Midori aurait prit peur, et il risquait même de la blesser. Même si il voulait freiner leurs sentiments respectifs, Masao ne se sentait pas capable de déplaire directement à sa cousine par des gestes violents.

*Je deviens dingue...Complètement cinglé. Il faut absolument que je sorte d'ici, pour réfléchir, pour m'isoler...*

Masao tentait de se détendre. Il ne pouvait pas. C'était impossible, aussi impossible que de tenter d'éteindre un feu de forêt avec un verre d'eau.

"Je...Pfff j'en sais rien. Je m'en fou je crois."

Masao fit une grimace invisible. Réponse pitoyable.
Il fallait qu'il sorte. Certaines pulsions ne peuvent pas être retennues si facilement. D'un coup d'oeil en coin Masao regarda l'heure sur sa montre. Il s'était même pas encore fait pointer au secrétaria...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Lun 30 Juin - 9:51

    Marcher par ce silence, par cette situation était pire qu’une torture. J’étais à ses côtés mais nous avions l’impression, j’avais l’impression d’être à des kilomètres de lui. J’ignore ce que tu penses actuellement, mais c’est toi qui nous impose cette souffrance. Je ne sais pas si tu t’en ais réellement rendu compte, mais depuis le début c’est toi qui refuse que l’on se rapproche. Tu mènes la danse à propos de nous. Moi je marche, je te suis comme toujours attendant enfin un signe qui montrera que tu tiens réellement à moi. Peut-être, que je me fais des illusions, tu connais mon prénom tout simplement parce que nous sommes de la même famille, rien de plus. Je dois me faire une raison devant tout ça. Je suis une faible moi aussi, je suis comme tout le monde ici, je dépends de toi, de ce que tu décideras qu’on fera. Mais ta décision, en même temps que je l’attends, je la crains. Si tu ne veux plus me revoir, plus jamais après ce jour, je sais que tu ne t’y prendrais pas autrement. Tu veux que je me taise, que je reste sagement à ma place moi aussi. Mais je ne te comprends pas ! Ca s’est une chose certaines, mon regard d’azur à beau se poser sur toi, je ne parvient pas à le transpercer. Tu te caches de moi, mais je ne parviens pas à savoir pourquoi. Finalement, te revoir n’est pas cette joie que je m’étais imaginé. Je savais que tu avais changé, mais j’aurais espéré un peu de douceur avec moi. De mes lèvres sortent alors un petit soupire.

    Je reprend le contrôle de nos corps, mais je sais au fond que seul à toi à celui de nos cœurs. J’ai beau tout faire pour être proche de toi, je sais que par mes gestes je m’inflige une nouvelle douleur. Pourquoi cette position ? Parce que tu as toujours été mon oreiller préféré, quand tu venais dans ma chambre, nous ne pouvions pas jouer beaucoup alors on finissait dans cette position. Ma tête posé délicatement sur tes jambes et en fermant les yeux je me sentait rassurée. Dans ce monde sans pitié, tu étais mon petit coin de paradis, seul toi avais la clé de ce jardin qui me faisait jour après jour vivre. Dans ce jardin, où je ne faisais plus que rire et m’amuser comme si le reste du monde n’existait pas. Car au dans ce monde, c’était le cas, plus rien n’existait et j’avais le droit de faire ce que bon me semblait. J’étais alors libre de choisir. Mais, ce monde n’est peut-être que le mien, ne sera-t-il jamais le notre ? Je te regarde de nouveau, je viens de tenter une approche. Mais toi, je le vois à ton visage tu n’as pas envie d’y répondre, tu n’as peut-être même pas envie de me parler. Alors je serre doucement le poing, j’espère que ce geste tu ne le verras pas. J’ai besoin de courage pour continuer. Finalement, je t’entends, mais cela semble comme un bruit sourd, comme si tout tomber. Tu n’avais même pas de perspective d’avenir ? Qu’est-ce qui t’étais arrivé ? Une chose était certaine, je ne connaissais réellement plus du tout mon cousin.


    « Masao…Tu devrais y penser sérieusement… »


    Ce n’était pas une critique, loin de là jamais je n’oserais réellement le critiquer. Mais plus un conseil, il fallait qu’il y pense, qu’il se cherche un avenir. Je sais que mes parents, la dernière fois qu’ils ont évoques sont nom il y a trois ans ils avaient dit que c’était un garçon sans avenir. Les parents de Masao avaient perdu tout honneur et dorénavant il fallait les considérer comme des étrangers pour que la honte ne s’abatte pas également sur nous. En entendant ça, caché dans l’escalier je me suis mises à sourire en pleurant. Ne plus le considérait comme notre famille ? Renier Masao à jamais, c’était bien la seule chose que je ne pouvais pas faire. S’il n’était plus mon cousin, alors je voulais qu’il soit mon ami. Je veux être à jamais proche de toi Masao, est-ce que tu ne le comprend pas ? Alors montre au monde que toi aussi tu es un battant et que tu as un magnifique avenir à dévoiler. Montre à tous que toi aussi tu es quelqu’un d’exceptionnel. Et si ton talent est encore inconnu je t’aiderais de mon possible pour que nous le trouvions. Mes yeux se ferment finalement, c’est trop douloureux. Alors en prenant son bras dans les miens, faute de pouvoir avoir plus de tendresse de sa part, je murmure doucement.

    « Moi, je vais devenir actrice. Même si tout le monde est contre je le deviendrais… Tu me regarderas à chaque fois que je jouerais ? Promet le moi que tu viendras à chaque fois… »


    Par cette promesse je savais si j’allais perdre de nouveau mon cousin. Je me faisais mal toute seule en espérant des choses qui n’arriveront sûrement jamais. Il avait mieux à faire que de me regarder jouer la comédie. Je l’admets, mais j’aimerais qu’il soit là à chaque fois. J’aimerais qu’à la fin je le retrouve quand je redeviens la petite Midori. Dans mes paroles, on peut y entendre la volonté d’être de nouveau avec lui. Je ne veux plus que la vie nous sépare, nos destins sont liés. J’ignore encore comment, mais j’en ai la certitude. Quand tu étais parti, que tu avais disparu de ma vie, je n’ai plus eu envie de vivre. Je suis restée plus souvent encore dans mon lit, malade. Sans toi, je n’ai plus aucun espoir, alors ne me retire pas ce que je viens de ravoir. Aujourd’hui, depuis que je suis ici, c’est la première fois que je retrouve e sourire. Mais je suis égoïste de vouloir te garder, pourtant je suis sur toi et tu ne protestes pas à mes gestes. Je suis si bien quand je sens la chaleur de ton corps effleurer le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Fuma
Petit(e) timide
avatar

Nombre de messages : 12
Niveau RP : bon
Date d'inscription : 19/06/2008

Carte d'Identité
Age: 17
Chambre n°:
Votre âme soeur: Plutot mourir que de le dire !

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mar 4 Nov - 19:22

Masao s'en voulait. Il avait mit trop de temps à répondre, beaucoup trop. Mais il avait besoin de ce temps.
Ce qu'il allait faire n'était pas simplement répondre à une question, c'était aussi donner un sens à sa vie. Inutile de se voiler la face, les sentiments qu'il éprouvait pour Midori étaient tout sauf simples.

" Je te le promet...Il n'y aura pas un seul jour où je raterait une de tes prestations. Crois moi, j'y tiens."

Masao baissa les yeux et décida qu'il était temps pour lui d'aller voir ailleur si il y était. Midori, gracieuse, magnifique comme jouant chaque seconde le film de sa vie, parfois tragiques, parfois gai. Mais toujours bien plus réel qu'une pièce de théâtre.
Le jeune garçon se dirigea lentement vers la porte. Il avait du mal a quitter la pièce. Laisser, encore, Midori seule. Heureusement, ça n'était pas pour longtemps. Le fait qu'ils fréquentent le même lycée devait être pour Midori une bénédiction. Elle devait savoir que Masao serait toujorus là pour elle.
Il lissa son pantalon, pris un air dégagé et dit :

"Il faut que j'y aille. On se voit bientot, j'espère.
Je suis content que tu sois là."


Et il sortit. Sans plus attendre il traversa le couloir, haletant comme après avoir fait un sprint. Il avait réussi à ne rien dire de compromettant. Midori devait croire qu'il tennait à elle, mais de manière relativement distante. Elle ne devait surtout rien savoir de l'ampleur de l'amour qu'il lui portait. L'amour est, malheureusement pour Masao, contagieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Midori Fuma
Petit(e) timide
avatar

Féminin Nombre de messages : 26
Niveau RP : Viens jouer avec moi et tu verras!
Votre esclave/maître : Esclave de son souvenir...
Sexualité (rp) : Hétéro...
Date d'inscription : 19/06/2008

MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   Mer 5 Nov - 18:31

    Un fin sourire vint alors se nicher sur mes lèvres, un sourire doux pour ce jeune homme. Je ne lui en ai jamais voulu, jamais je n’ai voulu le haïr, mais lui dans tous ça avait déjà fait sa vie. Elle s’en allait avec une autre, j’en étais intimement persuadé. Il me fuyait même s’il tenait à moi, peut-être qu’au fond j’étais une attache du passé qu’il désirait faire disparaître. Peut-être… j’ignore tellement de chose que je me sens impuissante, je l’écoute alors parler. Il dit des choses simples et douces comme si elles étaient… normales. Mais à mes yeux jamais rien ne sera normal avec ce jeune homme… Jamais rien ne sera ce que j’aurais voulu que notre relation soit. J’étais si heureuse en apprenant que Masao allait se retrouver dans le même établissement que moi. Et maintenant je regrette presque d’avoir souhaité qu’on se revoie. Mes yeux se baissèrent et j’entendis ses pas, il est si maigre que ce n’est qu’un bruissement lointain, comme le vent qui souffle doucement. D’ailleurs, il est aussi inaccessible que le vent lui-même. Je ne peux rien faire, et j’en ai finalement conscience. Alors je le laisse partir avant d’hocher légèrement la tête avec un faible sourire. Il ne brandit aucun éclat parce qu’au fond j’espère autant le revoir que ne plus le revoir. C’est comme si mon cœur se déchirer rien qu’à l’idée de me retrouver une nouvelle près de lui… Me retrouver encore une fois dans une horrible situation… Pourtant j’aimerais qu’il comprenne que je ne suis plus une petite fille, et qu’au contraire je suis devenu une véritable femme… Mais pour le moment, je me retrouve seule encore une fois. Alors j’attend patiemment que mon mal passe, je me repose, je dors et dans la nuit de mes paupières closes je sanglote….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Te retrouver [ P.V - Masao ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Te retrouver [ P.V - Masao ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
» Demande particulière, retrouver un mannequin/célébrité..
» Comment retrouver celle que l'on a perdu ? [PV Cassia]
» « qu’il est bon de te retrouver stefan ! » stefan & ariel
» S.O.S ami disparu ! Aidez moi à le retrouver.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kirei School :: ¤] Kirei School - Bâtiment A [¤ :: Le hall d'entrée-
Sauter vers: